Bonjour à toutes et tous,

Je vous  livre mes impressions au fur et à mesure ici même et, de manière plus détaillée, sur mon blog : http://legenditempus.canalblog.com 

Bonnes lectures et à bientôt,

Anne

*********************************************************************************

A :ALAIN-FOURNIER, Le grand Meaulnes

B :Mariama BA, Une si longue lettre

« Une si longue lettre » est un roman épistolaire de Mariama Bâ. Prix Noma 1980 (Foire du livre de Frankfort), il a été sélectionné 3è parmi les 100 meilleurs livres africains du XXè siècle. C’est un livre sensible, remarquable qui aborde les thèmes de la femme africaine, de l’éducation, du système des castes et de la polygamie.

Cette « si longue lettre », c’est celle que, pendant les quarante jours rituels de son deuil, Ramatoulaye Fall va rédiger à l’intention de son amie et ex belle-sœur Aïssatou Bâ, institutrice comme elle. Ramatoulaye évoque leurs souvenirs d’enfance au Sénégal, d’épouses et de jeunes mères et le moment où son amie Aïssatou, refusant de vivre dans une situation polygame, a quitté son mari et a émigré aux Etats-Unis. Quelques années plus tard, Ramatoulaye sera, elle aussi, abandonnée par son mari pour sa coépouse Binetou, une enfant de l’âge de sa fille Daba. Fière, courageuse, elle choisit de rester, de vivre seule, de garder sa maison, d’élever ses enfants et de lutter pour les droits de la femme.

Mariama Bâ (1929-1981) est une écrivain sénégalaise, issue d’une famille traditionnelle et musulmane. Elle intègre une école française, se fait remarquer par de brillants résultats et obtient le diplôme d’enseignement. Mère de 9 enfants, elle obtient le divorce de son époux, le député Obèye Diop. Suite à son expérience du mariage, elle s’engage dans de nombreuses associations féminines et propage l’éducation et les droits de la femme. Elle meurt du cancer en 1981, peu avant la publication de son second roman « Le chant écarlate ».

C : Paulo COEHLO, Le pèlerin de Compostelle


« L’extraordinaire se trouve sur le chemin des gens ordinaires »

L’auteur

Paulo Coelho est un romancier contemporain brésilien (il est né en 1947 à Rio de Janeiro), auteur également de « l’Alchimiste ».

http://www.paulocoelho.com/

Le roman

« Le Pèlerin de Compostelle » est un livre écrit à la 1ère personne. Il raconte le pèlerinage de Saint-Jean-Pied-de-Port à Saint-Jacques de Compostelle. C’est le voyage initiatique d’un homme à la recherche de son épée, le secret de la vie. Tout au long de ce voyage, son guide Petrus lui fera subir de nombreuses épreuves (exercices de la Semence, de la Vitesse, de la Cruauté, rituel et rencontre du Messager,…) et le pèlerin, débarrassé de son orgueil, en sera transformé. « Et le secret de mon épée, comme le secret de toute conquête que l’homme cherche dans cette vie, était la chose la plus simple du monde : qu’en faire ? »

Le récit est rempli de symboles ; chacun des exercices peut être pratiqués pour enrichir et améliorer notre vie de tous les jours.

Mon avis

D’une manière générale, pas d’enthousiasme réel. Le récit m’a paru inégal avec des moments très forts comme la définition du « Bon Combat », l’épisode du démon intérieur ou de l’enterré vivant et d’autres où l’écriture se fait moins dense et se traîne un peu… Le souffle qui passe dans ce livre n’est ni constant, ni total et j’ai eu, maintes fois, l’envie de passer à autre chose. Ce qui m’en a retenu ce sont quelques phrases, quelques instants au gré des pages : j’espérais les voir se reproduire.


D :Marguerite DURAS, L’amant

E :Claire ETCHERELLI, Elise ou la vraie vie

E : Claire ETCHERELLI, Elise ou la vraie vie

On ne peut pas dire que ce roman, paru en 1967, ait considérablement vieilli. Certes, les thèmes sont le travail à la chaîne, la guerre d’Algérie, les rapports entre Algériens et Français, mais on retiendra aussi de ce roman la dénonciation du racisme, de l’état policier, la tendresse lucide qu’Elise porte à son frère Lucien, l’amour qui se développe entre Arezki et elle. La vraie vie pour Elise, c’est d’être indépendante, assister au spectacle parfois menaçant d’un monde inconnu pour elle, d’avoir le sentiment d’exister. Quand elle perd les êtres auxquels elle tient le plus au  monde, Elise se rend compte que la vraie vie est déjà derrière elle.

Ce roman possède une puissance d’évocation des êtres et des destins. L’écriture est simple. J’ai même pu lire sur un blog « simplette », ce qui m’a semblé réducteur car on écoute parler Elise de sa voix douce et calme. L’évocation du travail à la chaîne, des cadences infernales qui se succèdent est criante de vérité. Tout est « juste », incroyablement « juste » et Elise avec ses doutes et ses défauts est très proche de nous !

F :William FAULKNER, Le bruit et la fureur

G :Anna GAVALDA, Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part


Calez-vous au soleil, ouvrez le livre, les pages défilent, et vous passez un très agréable moment.

La suite :

http://legenditempus.canalblog.com/archives/2008/04/26/8963022.html

H :Michel, HOUELLEBECQ, Les particules élémentaires

I :John IRVING, Le monde selon Garp

J :Henry JAMES, Un portrait de femme

K :Joseph KESSEL, Les Cavaliers

L :J.M.G. LE CLEZIO, Le procès-verbal

M :Norman MAILER, Le maestro

N :Irène NEMIROVSKY, Suite française

O :Kenzaburo OE, Une affaire personnelle

P : Edgar POE, Histoires extraordinaires

Q :Pascal QUIGNARD, Dernier royaume

R :Philippe ROTH, Pastorale américaine

S :José Carlos SOMOZA, La caverne des Idées

T :Léon TOLSTOI, Anna Karénine

U :John UPDIKE, Les sorcières d’Eastwick

V :Mario VARGAS LLOSA, La fête au bouc


W :Bernard WERBER, Les Fourmis


Auparavant "Le mystère des dieux" : titre modifié car "le mystère des dieux" est le n°3 du "Cycle des dieux" par "Les fourmis"

X :Gao XINGJIAN, La montagne de l’âme

Y :Marguerite YOURCENAR, Mémoires d’Hadrien

Z :Stephan ZWEIG, Le joueur d’échec


Je vous  livre mes impressions au fur et à mesure ici même et sur mon blog : http://legenditempus.canalblog.com